Festival national de la creation féminine Imprimer
Écrit par Ameddah Leila   
Vendredi, 14 Juin 2013 11:04

 

Reporters.dz

10/06/2013

 http://www.reporters.dz/index.php?option=com_content&view=article&id=1334%3Afestival-national-de-la-creation-feminine--ces-creatrices-qui-remodelent-la-terre&catid=7%3Aculture&Itemid=8

Le Palais des Raïs (Bastion 23) abrite actuellement, et jusqu’au 13 juin, la quatrième édition du Festival national de la création féminine dédié aux arts de la terre. Des artistes issues des diverses régions d’Algérie, ainsi que des invitées étrangères exposent des œuvres allant de la tradition ancestrale à la création d’avant-garde.

Après le tissage, la broderie et les accessoires de costume, la quatrième édition du Festival de la création féminine met le matériau terrestre à l’honneur. Les mauvaises langues crieront au machisme de ce festival qui confine la création féminine aux disciplines traditionnelles. Pourtant, force est de reconnaître à cet évènement ses efforts pour allier art et artisanat, modernité et tradition. En effet, l’exposition se divise harmonieusement entre objets perpétuant des traditions ancestrales et nouvelles créations réutilisant le matériau terrestre au goût du jour.

Création originale, inspiration ancestrale

La création artistique à proprement parler est également illustrée dans ce festival. Un hommage particulier est rendu à l’artiste et combattante Aicha Haddad, figure incontournable de la création féminine en Algérie.  Un grand nombre de jeunes artistes exposent des œuvres portées vers la modernité.
L’art de la sculpture est à l’honneur avec des créations qui se distinguent par l’usage de matériaux divers. Yamina Gouichiche expose des sculptures à base de terre, de bois, mais aussi de corne, d’os et même de plastique issu des tubes de stylo bic.
L’artiste dessine un univers foisonnant de créativité avec des corps et des visages transfigurés.
Goussem Djellouli préfère, pour sa part, le papier mâché pour fabriquer des objets hauts en couleur.
Ce qui avait commencé comme un simple loisir pour amuser son neveu se transforme en objet d’art exposé pour la première fois dans le cadre de ce festival.

Aux côtés des découvertes, on retrouve également des talents reconnus tels que Djanet Hebrih Dahel, Saïda Madi, Leïla Ameddah ou Nadia Cherrak et ses céramiques aux couleurs chatoyantes.
Portée vers la création et la nouveauté, l’artiste, fondatrice d’une importante galerie d’art à Tizi Ouzou, puise son inspiration dans les symboles traditionnels berbères.
Ces derniers sont retravaillés pour se rapprocher du langage propre de la créatrice. Hafida Mimi s’inspire, quant à elle, de sa région des Aurès dans ses sculptures faites d’assemblages de matériaux composites.
L’art de la mosaïque est également présent au festival de la création féminine.
Mimi Hadj Moussa Tolba expose des compositions hautes en couleur, tandis que Tamazouzt Kebbous privilégie les références à sa région de Benni Yenni.

La pratique de la mosaïque issue de la lointaine période romaine passionne visiblement les plus jeunes à l’image de Ghada Chibani et Basma Taberkouket, âgées de 13 et 15 ans, qui exposent leurs créations pour la première fois.
La très riche exposition du Festival national de la création féminine comprend également des oeuvres de créatrices venues d’Espagne, d’Iran et de Bulgarie.
Le festival se poursuit jusqu’au 13 juin avec des conférences, ainsi que des animations musicales.


 

Mis à jour ( Vendredi, 14 Juin 2013 21:20 )